La pierre au jardin : la pierre sèche

Mis à jour : juin 18

Les beaux ouvrages sont souvent fait de belle matière et de patience. C'est le cas des murs en pierre sèche dont ce sont les deux principaux ingrédients. Depuis longtemps utilisés dans les campagnes pour délimiter les parcelles ou créer des enclos pour les bêtes dans les pâturages, la pierre sèche à depuis quelques années retrouvé une nouvelle vie dans nos jardins. Les murs et éléments décoratifs peuvent s'enorgueillir de cet usage 100% naturel de la pierre.



Pourquoi "sèche" ? Un mur en pierre sèche est tout simplement un mur monté sans liant. Aucun mortier ou liant n'est utilisé pour l'assemblage des pierres. Seule la mise en œuvre des pierres crée sa résistance. Dans le cas d'un usage de pierre naturelle cela constitue donc un ouvrage 100% naturel !

Les fondations

De part sa mise en oeuvre (sans liant) un mur en pierres sèches n'est pas destiné à dépasser des hauteurs supérieures à 1,5m (suivant le type d'assemblage). Cela n'implique donc pas de fondations profondes. Les fondations d’un mur en pierre sèche auront une profondeur d'environ 20 et 30 centimètres, selon le type de terrain. Attention cependant à ce que les fondations soient parfaitement plates.


Le choix des pierres Tous types de pierres peuvent être utilisées, attention cependant à choisir un matériau facilement travaillable (en particulier pour la taille). Il sera donc plus facile de travailler des pierres calcaires (plus tendre) que des granits ou des gneiss beaucoup plus denses. Chaque matériau demandant des outils et des moyens de mise en œuvre spécifiques.

Pour être en adéquation avec la mise en œuvre naturelle du matériau, un choix judicieux est de s'orienter vers des pierres locales et de privilégier les circuits courts. Car la pierre sèche ce n'est pas que l'esthétique de la construction. C'est aussi faire le choix d'une empreinte carbone faible en minimisant les apports matériaux (absence de liant/mortier) mais aussi en travaillant les matériaux locaux, voire même redonner une seconde vie à des pierres issues d'anciens bâtis. La pierre sèche s'inscrit parfaitement dans un projet d'économie circulaire et une démarche éco-responsable.


La mise en œuvre Point d'orgue du bâti en pierre sèche, le calepinage et l'assemblage des éléments sont des étapes déterminantes de la mise en œuvre et de la durabilité de l'ouvrage. Les schémas de poses peuvent varier en fonction de la nature des pierres et du terrain (soutènements, hauteur de l'ouvrage, etc).

En l'absence de liant, l'assemblage des pierres doit assurer - à lui seul - la stabilité et la pérennité de la construction. Pour être ajuster, chaque éléments peut être retailler afin d'assurer un ancrage sans faille.

Sans liant mais pas sans créativité Vous l'aurez compris avec la pierre sèche tout est une question de préparation et d'attention. L'absence de liant est remplacée par des techniques de mise en œuvre qui permettent beaucoup de créativité dans les réalisations et lui confèrent une place de choix dans un jardin, qui ne ressemblera à nul autre !

Vous avez un projet en pierre sèche ? N'hésitez pas à faire appel à un professionnel. Des associations de passionnés existent aussi afin que cet art du bâti continu d'exister pour notre plus grande joie Photos : Association des artisans Laviers & Muraillers de Bourgogne - Gardenista - De pierres et de bois


© 2020  Envie de pierre